Dorian Hauterville

DORIAN HAUTERVILLE

Du footballeur amateur au Sprinteur pro

Dorian Hauterville est né le 27 avril 1990 dans la région Rhône-Alpes à Lyon, à près de deux cents kilomètres de la Plagne, principale piste de bobsleigh en France.

Enfant, ce n’est pas la glisse qui l’attire mais le ballon rond. À dix ans, il commence à pratiquer le football, sans volonté de percer, simplement par plaisir de jouer. L’athlétisme, il y pensait, regardait les championnats du monde à la télé, songeant qu’un jour, il pourrait essayer. Ses compétences ont parlé pour lui. Sur le terrain, Dorian court vite, très vite et finit par se faire remarquer par les athlètes de son lycée. On lui donne rendez-vous au club d’athlétisme de Décines-Charpieu et il s’avère plus rapide que tous les licenciés. « Arrête le foot et commence la course dès maintenant », conclut un entraîneur.

 
 
 

D'un sport individuel à
un sport d'équipe

La pratique du Bobsleigh demande un engagement sans faille. Envoyer une caisse dans un tube de glace à 150km/h ne laisse place à aucune improvisation. En piste, il n’y a pas de sortie possible. La prise de risque est maximum. Le bobsleigh exige un important travail de rigueur et d’exécution où chaque équipier joue un rôle minutieux. La confiance réciproque est vitale, chacun apporte son expertise.

« Mon rôle est simple : pousser le bobsleigh le plus longtemps et le plus vite possible. Ensuite ? Je me fais tout petit et je m’en remets au pilote. »

Dorian est convaincu de son potentiel, tout comme ses entraineurs et souhaite mettre son explosivité au service d’une équipe. À l’issue des tests, il participe aux championnats de France de poussée. Il termine troisième, ce qui lui garantit une place de remplaçant pendant une année au sein de l’équipe de France. Les circonstances jouent en sa faveur, il sera de toutes les compétitions, motivé par les performances de l’équipe qui montent en flèche.

Dorian devient en quelques mois le meilleur pousseur français.

 
 

Un physique de pousseur

Dorian s’interroge sur la suite, a besoin de faire une pause après des mois d’abnégation. La vie en décide autrement : dans les tribunes du championnat se trouvent Max Robert et Bruno Mingeon, tous deux médaillés mondiaux et olympique de Bobsleigh. Ils repèrent le sprinter qui a un physique taillé pour être pousseur : fort, puissant et costaud. Des qualités essentielles car le bob est un sport de gravité : plus le bolide est lourd, plus il avance vite.

Ils lui donnent rendez-vous pour faire des tests. S’en suit un mois d’entraînement en Italie où Dorian apprend à pousser un bob, tout seul, chaque matin pendant deux heures. Le temps restant, il se familiarise avec la technique auprès des membres de l’équipe de France. Le bobsleigh nécessite la cohésion du groupe.

Un pousseur a besoin du pilote, tout comme le pilote a besoin de lui.

 
 
 

L'anecdote de Dorian

Sa première descente en Bobsleigh, il s’en rappelle encore : à l’arrivée, il avait l’impression « d’être passé à la machine à laver ».

On l’avait prévenu, « ne réfléchis pas et enchaîne illico avec une seconde descente ». Ce qu’il fait et cette fois-ci, son ressenti est différent. Il commence à percevoir le plaisir qu’il pourrait prendre sur la piste.

 
 
 

PERFORMANCES HORS NORMES

Âge : 29 ans 

Nationalité : Française 

Taille : 1m80

Poids : 98 kilos

Chrono : 10’55 au 100 mètres

Squat complet : 225 kilos 

Développé couché : 155 kilos 

Épaulé : 140 kilos 

Entrainement : 15 heures par semaine

 
 
 
 
 
 
 

Le rôle de l'ombre, pousseur et entraineur

LE ROLE DU POUSSEUR

À l’ombre du pilote, le pousseur est indispensable au sein d’une équipe et sa performance a un impact considérable sur le résultat final.

Son rôle est de pousser le bobsleigh le plus longtemps et le plus vite possible et d’assurer un embarquement impeccable. L’action du pousseur est décisive dans la seconde poussée. C’est là qu’il amène de la vitesse.

Une fois engagé dans la descente, le pousseur doit adopter une position aérodynamique, accompagner le bob dans les virages, s’aligner sur le pilote et se faire le plus petit possible.

 

DORIAN LE COACH

Fidèle à sa passion pour le sport, Dorian devient préparateur physique professionnel en 2015. Il conseille et prépare les clubs amateurs aux grandes échéances sportives internationales. Actuellement, il gère la préparation physique de plusieurs sprinters de haut niveau.

« Je prends autant de plaisir à progresser qu’à faire progresser. J’aime participer à cette recherche de performance. »